Lina MOHA, née DJIAN

1890 - 1944 | Naissance: , | Arrestation: , | Résidence: , ,
Charles MOHA, et sa famille, né le 29 mars 1890.

Biographie de Lina MOHA, née DJIAN le 17 octobre 1890, à Alger – recopiée sur celle de son mari, Charles, dont elle partagea la vie et la fin. Pour visualiser les photos du reportage de la classe du lycée A. Dumas, vous reporter à la biographie de Charles Moha.

La présence juive en Afrique du Nord est ancienne. Si les premières communautés apparaissent au VIe siècle avant notre ère,  elles ne s’enracinent réellement dans la région que vers la fin du Ie siècle, après la destruction du temple de Jérusalem et l’exil massif des populations juives hors de Terre Sainte. Au Ier siècle, les Juifs nord-africains sont généralement de langue latine, descendants de familles ayant participé à la révolte contre l’empire romain. Certains descendent également de Berbères subsahariens convertis ou assimilés au judaïsme. Cette communauté israélite, plus ou moins tolérée selon les époques, et les dynasties régnantes, sera renforcée par l’arrivée de nombreux Juifs andalous fuyant les persécutions chrétiennes en Espagne et trouvant refuge au Maghreb, au lendemain de la Reconquista au Moyen-Âge. La composition ethnique des communautés Juives algériennes restera par la suite plus ou moins inchangée. Par la suite, le Maghreb échappe à la domination espagnole et passe sous celle de l’Empire ottoman. Les Juifs deviennent alors des dhimmis (statut accordé aux adeptes des religions juives et chrétiennes par le droit islamique) : s’ils jouissent d’une protection militaire, d’une autonomie juridique, et d’une certaine liberté de culte, ils sont aussi soumis à des contraintes (ils n’ont pas le droit de construire des édifices plus hauts que les musulmans, n’ont pas le droit de posséder des armes, ne peuvent exercer que certains métiers), et l’Etat Ottoman exige d’eux des taxes plus élevées en temps de crise. Cette oppression atteint son apogée lors du massacre des Juifs d’Alger à la suite d’une révolution manquée contre le Dey en 1805, et perdurera jusqu’à la colonisation française en 1830.  Après la conquête de l’Algérie par la France, une ordonnance royale du 9 novembre 1845 décrète la création de consistoires israélites (administrations chargées d’organiser le culte juif), 26 000 juifs sont alors placés sous l’autorité de ces consistoires.

C’est dans ce contexte particulier, mais aussi dans ce temps long de l’histoire des Juifs d’Algérie, que naît Eliaou MOHA, en 1810. La famille MOHA est donc installée à Alger avant même que l’Algérie devienne une colonie française. Eliaou est marié en 1844 par le grand rabbin d’Alger, et il a un fils, Abraham MOHA, né en 1854. La famille MOHA bénéficie du décret Crémieux qui, le 24 octobre 1870, accorde la nationalité française aux Juifs algériens. Le 13 mars 1877, Abraham MOHA, qui exerce la profession de cordonnier, épouse Semah Mesaltob AMAR, également algéroise (la sépulture d’Abraham est située dans le carré israélite n°22 du cimetière de Bologhine à Alger, au pied de la colline surplombée par Notre-Dame d’Afrique). Cinq enfants naissent de leur union; parmi eux, Charles MOHA, né le 29 mai 1890, au n°19 de la rue Marengo dans la Casbah d’Alger. On dispose de peu d’informations sur l’enfance de Charles, on sait néanmoins qu’il a atteint le niveau 3 du degré d’instruction générale, c’est-à-dire qu’il a non seulement reçu une instruction de base dans les domaines de l’écriture, de la lecture, et du calcul, mais qu’il a développé davantage encore son instruction primaire. Charles est cependant orienté vers un métier manuel puisqu’en 1910, lors de son recensement militaire, il exerce la profession d’ouvrier peintre. Dans son enfance, Charles a du évoluer dans la zone judéo-arabe de la Casbah, et plus précisément par rapport à son adresse, dans le quartier de la basse Casbah, là où habitaient les descendants d’Espagnols, il a grandi au côté d’Arabes et de Français, durant une époque de grande transformation architecturale à Alger et en particulier à proximité de son quartier.

Suite au déclenchement de la Première Guerre mondiale, des milliers de soldats Algériens aussi bien Juifs que Musulmans sont envoyés combattre au front. Charles Moha quitte alors l’Algérie avec l’Armée d’Afrique, et sert au centre d’approvisionnement et d’automobile d’Orléans entre 1915 et 1916. En 1917, il rentre en Algérie, et participe à l’effort de guerre en qualité de mouleur à l’usine Lescurat et Compagnie, une entreprise de construction mécanique sise sur le port d’Alger.  Entre temps, le 22 juillet 1915, il épouse Zina DJIAN (aussi orthographiée Zéna, Zina, Lina, Lucie, Lucia, selon les registres), à Alger. Il est démobilisé en 1919, et est alors domicilié au n° 1 de la rue Rosetti (actuelle rue Ali Bestani) dans le quartier de Bab-el-Oued. De la Casbah à Bab-el-Oued, Charles Moha vit dans les quartiers populaires de l’Alger coloniale du début du XXe siècle. Nous perdons sa trace dans l’immédiat après-guerre, on sait cependant qu’en 1926-1927 il est recensé par le 6e CR de la Seine, Charles a donc quitté Alger pour la région parisienne; comme le confirme d’ailleurs sa fiche militaire indiquant que sa résidence en 1929 est le 13, rue Abel, dans le XIIe arrondissement de Paris. Charles et son épouse Lina sont partis d’Alger avec leur fils Marcel, né le 10 novembre 1921, leur fille Félicie, née le 5 avril 1925, et la famille s’est agrandie outre-Méditerranée avec la naissance de leur cadet, Roger, dans le IVe arrondissement de Paris, le 13 avril 1927. Dans la seconde moitié des années 1920, Charles Moha et sa famille vivent donc à Paris, mais on ne peut se prononcer sur les motifs de leur installation en métropole.

En 1940, le régime de Vichy décrète l’abolition du décret Crémieux, et prend une série de mesures antisémites. De nombreux Juifs fuyant l’indigénat —une situation pire que celle des indigènes Musulmans— s’installent en métropole, où ils tentent de se faire passer pour des Arabes. On rapporte de nombreux récits de Juifs profitant de l’ambiguïté de leur patronyme, parfois similaire en tout point à celui d’un Arabe musulman, pour échapper à la répression.  Certains traversent aussi la Méditerranée dans l’autre sens pour échapper aux persécutions qui battent leur plein en France. L’article « Des Juifs d’Afrique du Nord au Pletzl ? Une présence méconnue et des épreuves oubliées (1920-1945) », de Jean Laloum, nous offre de précieux renseignements sur les déplacements de la famille Moha; on y apprend que Marcel est rentré à Alger chez une tante, mais ne pouvant y être hébergé, il semble contraint de revenir à Paris :

« Esther Arous enjoint à son fils Prosper, après les premières arrestations, de se mettre à l’abri chez une tante à Alger. Finalement son cousin Marcel Moha et son amie sont aussi du voyage, mais, la tante étant incapable de les héberger tous, ils rentrent rapidement en France. Les deux cousins seront déportés. »

La susnommée Esther Arous est née DJIAN, le 12 janvier 1889 à Alger. C’est une belle-soeur de Charles Moha, elle est déportée le 28 septembre 42 par le convoi 38 et elle est assassinée le 3 octobre 1942 à Auschwitz en Pologne. Malheureusement, et comme la plupart des Juifs algériens établis en France, les Moha sont eux aussi raflés, ils habitent alors toujours au 13 de la rue Abel, et sont déportés à Auschwitz, via le dernier convoi qui part de Drancy le 31 juillet 1944 : le convoi 77. Ainsi moururent Charles, Zina, Marcel, Félicie, et Roger MOHA, le 5 août 1944, quelques semaines seulement avant la libération de Paris par les Alliés; une famille de Juifs algériens entièrement décimée dans ce qui reste le plus grand des crimes commis contre l’humanité.

Contributeur(s)

Fabrice CHARTON avec la classe de 1°L du lycée Alexandre DUMAS d'ALGER, Nour Bekkar, Sarah Fériel Berraoui, Razine Chekroud, Lina Oumata. Photographies de Sarah Fériel Berraoui

References

  • ANOM, Registres matricules militaires, cote FR ANOM 1 RM 128/Moha Charles/classe:1910
  • JORF n°199 du 27/08/1996, référence D-9230.
  • Benjamin STORA, Les trois exils Juifs d’Algérie, Paris, Fayard/Pluriel, 2011, p.240.
  • Adiel CASPI, Histoire des Juifs d’Algérie, 2015, p.218. Pierre-Jean LE FOLL-LUCIANI, Les Juifs algériens dans la lutte anticoloniale, Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, PUR, 2015, p.541.
  • Jean LALOUM, « Des Juifs d’Afrique du Nord au Pletzl ? Une présence méconnue et des épreuves oubliées (1920-1945) », Archives Juives.
  • Revue d’Histoire des Juifs de France, Paris, Les Belles-Lettres, 2005, vol.38, p.144.
  • D'après Jean Laloum sur "les 1 111 Juifs natifs d'Algérie recensés ayant été déportés, seuls 53, soit 4,7% furent rescapés des camps d'extermination". CF lien ci-dessous.
  • D'après Jean Laloum sur "les 1 111 Juifs natifs d'Algérie recensés ayant été déportés, seuls 53, soit 4,7% survécurent aux camps d'extermination". CF lien ci-dessous.

Liens

4 commentaires
  1. Secaz 4 mois ago

    Bonjour,
    Je viens de découvrir cette biographie concernant mes grands-parents maternels Zina et Charles Moha. J’en suis très ému car j’ai pu combler quelques lacunes relatives à leur trop courte histoire. J’ai en revanche relevé quelques erreurs qu’il serait indispensable de corriger. Est-il possible de connaître l’auteur de cette bouleversante biographie ? Merci d’avance pour votre aide et vos lumières.
    Gilles Secaz

    • Auteur
      Serge Jacubert 4 mois ago

      Bonsoir,
      je vous mets en relation avec Fabrice Charton, l’enseignant ayant organisé ce travail de recherche avec sa classe d’un lycée d’Alger.
      Bien cordialement et peut-être au plaisir de vous rencontrer dans le cadre de notre association.
      Serge Jacubert

    • klejman laurence 3 mois ago

      Gilles, êtes-vous en contact avec Malgwenn Le Mat, la petite-fille de Félicie, qui fait des recherches sur sa famille?

      • Secaz 2 mois ago

        Oui je suis en contact avec ma nièce. Je vous remercie.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

mycroissant_logo_white_2corners

©2018 Website made by My Croissant Digital Marketing Agency WordPress & Community Experts

Se connecter

Oubli de mot de passe ?