VINOGRAD SAMUEL

1894 - 1945 | Birth: | Arrest: | Residence:
63259-VINOGRAD_Samuel_photo_personnelle

Source in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Samuel VINOGRAD

 

Samuel Vinograd est né le 24 décembre 1894 (1896 dans de rares documents) dans les environs du village de Wiązowna, près de Varsovie. A 3 ans, il émigre avec sa famille à Pavillons-sous-Bois en région parisienne où il habite jusqu’en 1939. Ensuite, il déménage à Paris, dans un appartement situé au 11 rue Martel, dans le 10eme arrondissement.

En habitant là-bas, il rencontre Bilma/Fleurette, une Française d’origine juive, qui devient sa femme et qui lui donne trois enfants: un fils Serge (de qui nous avons reçu de nombreuses informations à propos de Samuel) et deux filles, Balbine et Fanny. La famille possède et travaille dans leur mercerie. Sa femme est couturière.

 

Les temps de guerre

 

Lorsque la guerre éclate, plus particulièrement lorsque l’Allemagne nazie attaque la France, Samuel s’engage dans les troupes françaises et se bat probablement à l’Est de Paris. Après le cessez-le-feu, il revient à Paris, malgré l’occupation allemande.

Avant la guerre, il n’était pas confronté à l’antisémitisme, il n’a donc pas hésité à se faire enregistrer en tant que Juif aux autorités. Il  pensait qu’il aurait moins de problèmes en disant la vérité. En revanche, la les membres de la communauté juive ont préféré ne pas révéler  leur véritable identité après le début de la guerre, sentant ce qui peut arriver. Son fils dit à son sujet que toute sa vie Samuel fut un optimiste. Sa femme, au contraire, était contre cette idée et a tenté de le persuader de ne pas se faire enregistrer comme juif.

En 1940, sa fille Balbine épouse un soldat allemand nommé Gutmacher. Samuel leur procure de faux papiers pour qu’ils puissent s’échapper de Paris. La deuxième fille Fanny, a été envoyée dans une famille française, par ses parents, afin qu’elle puisse se cacher. Son fils, Serge, prit une toute autre direction et s’implique dans le mouvement de résistance français. En 1942, Samuel est arrêté une première fois par la police française, mais sa femme soudoie l’inspecteur pour donner du temps à Samuel. Cela lui donne l’occasion de chercher un paquet de cigarettes, ce qui lui permet de s’échapper.

Il revient à Paris un peu plus tard, mais il est arrêté (car il était juif) puis mis en état d’arrestation par la Cour de Justice. Sa femme persuade les gardes qu’elle devait le rencontrer. Probablement grâce à elle, il est libéré quelques jours plus tard.

En 1943, il voit pour la dernière fois son fils Serge.

Ensuite, toute la famille est séparée et aucun de ses membres ne sait exactement où se trouvent les autres membres.

Samuel écrit à son fils Serge, mais il ne sait pas où sa femme se cache.

Il a est arrêté à Drancy quelques jours avant le départ du convoi. Il savait alors ce qui allait lui arriver et il s’effondre mentalement. Il en parle dans ses dernières lettres à son fils Serge. Sa dernière lettre est destinée à sa femme, il l’écrit dans le train entre Drancy et la frontière allemande et la jette par un trou dans le wagon. C’était le dernier contact avec lui. Il est mort à l’âge de 50 ans lors de  la marche de la mort du camp d’Auschwitz-Birkenau.

Une très grande partie de sa famille a également été déportée.

Après la guerre, son fils a repris l’école à Paris et a retrouvé sa mère et ses sœurs.

Cette biographie a été rédigée pendant le semestre d’hiver 2018/2019 au Lycée Français de Varsovie par Piotr Kisielewski et Pierre Alexandre Chauffour -les  élèves de Terminale ES/S,   sous la direction de ses professeures de français et polonais, Mmes  Valerie Kuhn et Barbara Subko.

 

63259-VINOGRAD_Samuel_21_P_548_168_63259_DAVCC_copyright_2158
63259-VINOGRAD_Samuel_photo_personnelle

Contributor(s)

Lycée Français de Varsovie par Piotr KISIELEWSKI, élève de Terminale
2 Comments
  1. klejman 2 weeks ago

    l’épouse de Samuel se prénommait Blima (Fleurette) WIENERBETT, née à Paris, domiciliée 3, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie (Paris IV)
    Ses parents : Hersz Vinograd et Fajga Bressler ; lui avait pour 1er prénom Szmul, second prénom Joseph.
    Selon un doc traduit du polonais le 22 sept 1943, Il vivait 45/2171 AA rue Stawki, 5e arrondissement (Varsovie?), avec ses parents, condition : bourgeoise. le doc original daterait de 1921. (à quelle époque fait-il référence?)
    Au moment du mariage, à la mairie du IVe, le 11 mai 1919, il est présenté comme casquettier, domicilié 3 rue du Trésor ( Paris IVe) est prénommé “Samuel”.
    Naturalisé le 11 novembre 1926, soit longtemps après son mariage et la naissance de ses 2 premiers enfants. (1920 et 1924). Sa femme, qui avait perdu sa nationalité française en se mariant avec un étranger, est réintégrée dans la nationalité française le même jour. (JO du 23 nov 1926)
    domicilié 11 rue Martel Paris X (acte de décès transcrit dans cette mairie)
    Samuel est arrêté à son domicile, le 3 juillet 1944 et interné le même jour à Drancy, selon un doc, -ou “arrêté le 3 juillet 1944 à 7 h par policiers français. Huit jours de détention au quai de l”Horloge (la Préfecture de police). Transfert à Drancy (demande de régularisation état-civil d’un “non rentré”, remplie par son fils? en 1947). Le certificat mentionne un internement à Drancy le 3 juillet. N° Drancy : 24.699
    Témoins de l’arrestation : la concierge et les locataires de l’immeuble (selon déclaration en 1953)
    La demande d’attribution du titre de déporté politique le désigne comme “représentant”.
    ( archives 21 P 548 168 Caen)

  2. klejman 2 weeks ago

    Phillippe Henriot est assassiné le 28 juin 1944

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

mycroissant_logo_white_2corners

©2019 Website made by My Croissant Digital Marketing Agency WordPress & Community Experts

Log in with your credentials

Forgot your details?